Vous êtes ici : accueil » article » BRM 200 de Longjumeau

BRM 200 de Longjumeau

Rédigé par Gérald Niel - - Aucun commentaire

Eglise Longjumeau.JPG
Eglise Longjumeau
par Véronique PAGNIER
Travail personnel.
Sous licence Public domain via Wikimedia Commons.
Le Parcours
Distance : 225,0 km
Dénivelé + : 1 354 m
Temps actif : 8h55'04"
Vitesse moyenne : 25,2 km/h
Difficulté : 2/5
Date : 16/03/2014
Voir le parcours sur Strava
Parcours officiel (Openrunner)

Pour ce nouvel article, premier "200km" de la saison au programme du club, et premier Brevet de Randonneur Mondial pour ma part. Je n'en suis en revanche pas à mon premier "200", je sais que je vais tenir la distance, et je sais surtout gérer l'effort sur la durée.
Un BRM est une randonnée cycliste à allure libre (sans esprit de compétition) homologué par l'Audax Club Parisien. La différence avec un rallye FFCT est que le parcours n'est pas fléché et qu'on doit se débrouiller pour les ravitaillements. Heureusement, pour celui là, le club organisateur avais mis à disposition la trace GPS du parcours que j'ai pu charger dans mon Mio Cyclo 505 HC (voir le test sur Matos Vélo). D'ailleurs, compte tenu du nombre de cafouillage qu'il va y avoir par la suite, je ne suis pas certain de pouvoir faire un BRM sans la technologie moderne. Faut dire que se trimbaler une carte et une boussole sur un vélo de route… pas pratique !

Départ des Ulis

Départ aux aurores des Ulis à 6h20 pour rejoindre le point de départ du BRM à Longjumeau, je connais bien le parcours car je vais régulièrement travailler à vélo à Longjumeau, seulement 14 km avec un profil favorable puisqu'on descend du plateau pour redescendre dans la vallée de l'Yvette. Cependant… il faudra remonter ça avec les 200 km dans les jambes !
J'arrive comme prévu dans les temps et je croise le président du club au départ. Je le laisse partir, de toutes façons je ne pourrais pas le suivre ! Le temps de m'enregistrer, prendre un café et je prend le départ comme prévu à 7h00.

VillejustEgliseStJulien.JPG
Villejust - Eglise Saintt Julien
par Cyrilb1881
Travail personnel.
Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

Il fait frais, mais le soleil va être de la partie. Et contrairement au rallye de Villepreux je n'ai pas fait l'erreur de partir en court. Je suis en cuissard court et maillot, mais j'ai les jambières, les manchettes et le coupe-vent. J'ai prévu de retirer progressivement les couches. Grand bien m'en a prit d'ailleurs, car à l'arriver il fera plus de 20° au thermomètre. Premier cafouillage, le GPS me dit de remonter à gauche de là où je suis arrivé alors que les groupes continuent tout droit. Ça ne change pas grand chose, mais je vais suivre la trace GPS. Première bosse que je connais bien à Saulx-les-Chartreux, je vais la monter à un bon rythme mais comme souvent je suis parti un peu fort et au 2/3 je suis rejoint par le groupe que j'avais dépassé, je décide de laisser partir. Pas la peine de tout griller de suite. Second cafouillage (il y en aura d'autre…) au deuxième rond point à la sortie de Villejust, à hauteur du transformateur EDF, il fallait continuer sur la D59 en prenant la deuxième sortie. Je suis un groupe qui prend la première en direction de la Poitevine et Fretay (le GPS n'est pas content), ça cafouille, le groupe décide de faire demi-tour. Pour ma part, connaissant le coin, je me dit que finalement ce n'est pas plus mal de continuer. Ça va rejoindre le parcours de toutes façons et ce sera moins monotone que ces grande lignes droites. Ça redescends sur la gauche à la Folie Bessin en direction de Marcoussis puis ça bifurque à gauche pour aller grimper Le Déluge, seconde et avant-dernière bosse avant un bon moment. Puis on prend la direction de Janvry, Roussigny qu'on va descendre pour rejoindre Limours et la D988 en direction de Saint-Arnoult en grimpant la dernière côte (pour l'instant). J'ai rejoins un groupe au feu, je vais essayer de rester un peu avec le vent n'étant pas favorable, plutôt de coté à priori Nord-Est. Le groupe n'est pas régulier, je dépasse et part à mon rythme je vais rouler seul jusqu'aux environs de Auneau. Je retrouve bien un peu de compagnie à hauteur de Bonnelle, mais bien que pas grimpeur je suis à l'aise sur les côtes courtes faites pour les puncheurs et à Saint-Arnoult, bien que j'essais d'attendre, mon nouveau compagnon de route n'arrive pas à suivre. Je repars à mon rythme. Ablis, Auneau, Roinvile… on continue tout droit jusqu'au premier contrôle à Béville-le-Comte. À hauteur de Auneau je retrouve un groupe qui roule pas mal. Je vais rester dans les roues en m'abritant du vent jusqu'au contrôle.

Seconde partie, Béville - Cherisy

Maintenon - Aqueduc 01.jpg
Maintenon - Aqueduc
par Selbymay
Travail personnel.
Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

Le contrôle se fait dans un café qui doit ouvrir juste pour l'occasion, j'en profite pour prendre un café, un croissant et une banane (à mon avis, ils ont l'habitude des cyclistes), et comme ça c'est réchauffé je décide de retirer les jambières. En revanche bien que le soleil soit généreux, il ne réchauffe pas assez pour quitter le coupe-vent et les manchettes. Il est 9h35 d'après la carte des contrôles, je n'ai pas mal roulé, je suis dans les temps que j'avais prévu, voir même un peu au dessus.
Ça grimpe un peu au sortir de Bréville j'arrive à accrocher un petit groupe que j'ai tout de même un peu de mal à suivre et je suis rejoint par un cyclo des Ulis qui me demande qu'est ce qu'on fait comme sortie, il a suivi les groupes de cyclo jusque là, on roulera ensemble jusqu'à la bifurcation sur la D910 où on prend la direction de Gallardon où il continuera tout droit, d'ailleurs le groupe se trompe et continue tout droit, pour ma part, je suis les indications du GPS. À hauteur de Pont-sous-Gallardon, second cafouillage, je suis un groupe que j'ai rejoint qui continue en direction de Gallardon, le GPS n'est pas content, je décide de faire demi-tour et rejoindre la trace.

Maison de l'Obrador à Nogent-le-Roi.jpg
Maison de l'Obrador à Nogent-le-Roi
par TCY
Travail personnel.
Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

J'aperçois au loin un cyclo, je décide d'essayer de le rattraper pour ne pas rouler tout seul, surtout que le vent n'est pas favorable. Il me faudra six kilomètres… et la faveur d'une bifurcation à droite en direction de Maintenon pour pouvoir prendre la roue. Je découvre au passage les vestige de l'Aqueduc du canal de l'Eure. Bon… il n'est pas très bavard, voir pas du tout, et visiblement pas disposé à ce que je prenne des relais. Je vais donc profiter et rester dans la roue jusqu'au contrôle de Cherisy. On traverse Nogent-le-Roi en passant devant l'église Saint-Sulpice. Le parcours est sympathique sur cette portion qui longe l'Eure jusqu'au contrôle auquel j'arrive vers 11h36 et 125 km après le départ des Ulis (la carte de contrôle indique 11h40), soit une vingtaine de minute avant l'horaire que je m'étais fixé. Le contrôle se fait à l'Hotel Restaurant « Le Cheval Blanc » qui doit être habitué à recevoir les cyclistes de ce BRM. D'aileurs il y en a partout, ça s'étale sur la place en face et ça arrive de toutes les directions. Ça sent le cafouillage pour certain. Je ne regrette pas mon GPS ! Je prendrais une formule avec sandwich, boisson et tarte aux pommes. Après m'être restauré, un petit café, je pose le bidon sur le comptoir pour le faire remplir et surprise, même pas besoin de demander.

Troisième partie, Cherisy - La Celle des Bordes

La Celle-les-Bordes Château.JPG
La Celle-les-Bordes Château
par ℍenry Salomé
Travail personnel (Photo personnelle).
Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

Après une trentaine de minute de pause il est temps de reprendre la route. Qui va prendre la direction de Bû puis Houdan… J'ai les oreilles qui trainent et j'entend que ça va grimper. Je m'y prépare donc. Et avant de partir il est temps de quitter les manchettes ainsi que le coupe vent. En effet, ça grimpe un peu mais j'arrive à suivre le rythme d'un petit groupe dont je vais même à ma plus grande surprise en dépasser certains. En haut de la bosse je prend les roues d'un couple, mais ils ne vont pas assez vite pour moi, je poursuit donc seul et je suis rejoins par un autre cyclo. On va se relayer jusqu'à Brû où ça va cafouiller une nouvelle foi, je retrouve le chemin une nouvelle foi grâce au GPS. Je reste avec mon nouveau camarade de route jusqu'à l'entrée de Houdan où je loupe la bifurcation indiqué par le GPS. Mon camarade de route que je retrouverais un peu plus loin ne m'écoutera pas quand je bifurquerais sur la gauche pour retrouver la trace du parcours. Après Houdan on prend la direction de Gambais puis des Bréviaires où je vais retrouver des routes connues. On traverse une partie du massif forestier de Rambouillet et le parcours devient un peu plus accidenté. Je laisse partir le groupe que j'avais accroché à la sortie de Houdan dans les premières bosses. Je dépasse d'autres cyclo qui, trop couvert, souffrent de la chaleur. J'ai eu le nez fin le matin en me couvrant avec des parties amovibles. On continuera sur la D61 pour rejoindre le dernier contrôle avant l'arrivée à la Celle-des-Bordes. Je ne m'éternise pas au contrôle, il me reste un bidon plein et j'ai de quoi m'alimenter. J'y arrive 7h42 et 179 km après mon départ des Ulis, soit 7h00 après mon départ de Longjumeau (la carte indique 14h05). Je suis en avance de prêt d'une heure sur ce que j'avais prévu.

Dernière partie, La Celle des Bordes - Longjumeau

Il reste un peu moins de 40 km avant Longjumeau, mais ça va être accidenté. On quitte la Celle des Bordes en direction de Bullion où je vais tourner à droite au lieu de tourner à gauche, je fais demi-tour rapidement. Ça roule à bonne allure mais je ne cherche pas à suivre dans les reliefs et laisse partir devant. A Bonnelles on prendra la direction de Limours par la côte de Malassis que je passe plutôt bien. Mais je la connais, elle est raide au début et il faut juste la prendre avec le bon développement. Je m'y suis déjà fait avoir car on la découvre au sortir d'un virage à gauche. S'en suivra la côte de Roussigny qu'on a descendu le matin, puis la Folie Bessin, où à mon plus grand étonnement je fais mon meilleur temps. Le parcours suit maintenant le tracé du matin en sens inverse. Il reste la descente de Villejust (qu'il va falloir que je remonte…) et enfin le retour sur Longjumeau. J'y arrive 9h20 après mon départ. J'ai une heure d'avance sur mes prévisions et je suis plutôt frais.

Retour aux Ulis

Le temps de faire enregistrer ma performance, soit les 203 km en 8h45 pauses comprises et je reprend la route des Ulis après un quart d'heure de pause. Je vais croiser pas mal de participants qui rejoignent l'arrivée dans la côte de Villejust que je vais grimper en mode récupération comme le reste du retour. La batterie du GPS va rendre l'âme 4 km (à peine 10') avant la fin… dommage. J'aurais donc fait 229 km au total et pas 225. Et il est environ 16h30 lorsque j'en ai terminé. Plutôt en bonne forme finalement, avec une belle moyenne.

Profil Parcours

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image :